Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 20:27

293954_2077825100794_1099983872_31823337_1700026661_a.jpg

 

Article écrit ce jour sur Facebook par Christophe Marie :

 

Le 8 octobre 2011, nous étions près de cent militants venus d'un peu partout, y compris de Belgique, pour former une résistance citoyenne à la torture animale.

 

Ce jour là, 6 veaux devaient être torturés à mort dans les arènes de Rodilhan (à quelques kilomètres de Nîmes) lors de la finale des "graines de toréros"... Ces jeunes tortionnaires allaient se livrer à une becerrada, corrida pratiquée sur de jeunes animaux qui, ne comprenant rien de ce qui leur arrive et sous la douleur des banderilles qui déchirent leur chair, hurlent et appellent leur mère.

 

Donc, ce 8 octobre nous étions une centaine prête à affronter la violence dans l'espoir de mettre à mal cette boucherie immonde au cours de laquelle tout le sadisme, la perversité et la cruauté des hommes est déployée contre des jeunes animaux qui n'ont absolument aucun moyen de s'opposer.

 

Deux groupes étaient formés, l'un dans les gradins pour déployer des banderoles et faire diversion, l'autre devant sauter sur la piste pour s'enchaîner et tenter d'empêcher le spectacle de mort.

 

Très vite, tout s'est enchainé, les banderoles, le saut dans l'arène (plus de deux mètres mais avec l'adrénaline personne n'a reculé devant l'obstacle), l'opposition, la résistance !

 

Le mot d'ordre : ne pas répondre aux provocations ni aux coups... Alors la haine des barbares s'est montrée avec toute sa férocité, sa violence à l'encontre des animaux bien sûr mais aussi des militants sans aucune défense et qui ont été roués de coups.

 

Pendant que nos camarades aux banderoles se faisaient molester dans les gradins, sur la piste, enchaînés, impuissants, nous recevions tour-à-tour des coups de poings, de pieds, des gifles, des crachats... Face à moi une jeune fille s'est retrouvée violentée avec deux sadiques venus lui déchirer ses vêtements, arracher son soutien-gorge, l'asperger d'eau comme nous tous, militante qui sous les coups, les gestes obscènes, est restée d'une dignité exemplaire.

 

La pagaille générale a permis également aux aficionados de voler ou casser des portables, des caméras mais aussi de molester le cameraman de France 3 qui a très vite été éjecté hors des arènes.

 

Nous sommes restés soudés pendant 20 minutes au cœur des arènes, 20 minutes d'une folie qu'aucune image ne pourra retranscrire car la haine, la véritable haine, nous arrivait comme une vague du public en même temps que les coups. Face à moi, dans les gradins, plusieurs spectateurs tenaient leur poing devant, pousse baissé, pour signifier aux autres que le sacrifice pouvait commencer.

 

Car le plus monstrueux peut-être est qu'il n'y avait aucune empathie, je n'ai entendu personne pour dénoncer ce qui était en train de se passer dans cette arène, non, que des encouragements et des appels au meurtre. Le vrai visage de ces gens étaient visibles alors, ceux là-même qui prétendent qu'il vaut mieux défendre les hommes que les animaux sont prêts à torturer et, si besoin, à tuer des êtres humains dès lors que ces derniers ne peuvent se défendre.

 

Après 20 minutes quelques chaines ont été coupées, alors la violence a redoublé d'intensité, nous avons été trainés en groupe, certains écrasés sous d'autres, tirés par les bras, les jambes, par les cheveux comme je l'ai été, nos chaînes nous coupant la respiration. Mis à l'écart les coups sont arrivés de partout à la fois et les gendarmes ont assuré le strict minimum, enfin, il serait plus juste de dire qu'ils n'ont rien assuré du tout car ils n'étaient visiblement pas là pour nous protéger mais pour laisser faire.

 

A la sortie le spectacle était apocalyptique, nous ressemblions tous à des zombies, blancs de poussière, boitant, comparant nos blessures mais pas peu fiers d'avoir pu troubler ce spectacle de pure barbarie.

 

Certains des militants ont fini aux urgences, tous ont été violentés d'une manière ou d'une autre, mais cet acte de résistance doit aujourd'hui servir à montrer ce que nous n'avons plus le droit d'accepter car malgré notre action, malgré les coups et le reste, 6 veaux ont été torturés à mort à Rodilhan sous les applaudissements et la joie d'une foule enivrée de violence, pas seulement de violence...

 

Les jeux du cirque ce n'est plus tolérable en 2011, ce n'est plus acceptable ou alors cela signifie que l'homme est toujours un barbare... Le 8 octobre 2011, dans les arènes de Rodilhan, il n'était pas permis d'en douter.

 

La  vidéo :

Ecrivons en masse à la mairie et à la préfecture de Rodilhan pour faire part de notre indignation :

Mairie : mairie@rodilhan.fr
Tél 04 66 20 08 91

Préfecture : contact@gard.pref.gouv.fr

 

Enfin, n'hésitez pas à retourner faire un p'tit tour sur www.patrimoine-corrida.fr/ ;

depuis fin septembre, il y a du nouveau sur ce site.

 

Aucun mot sur le tabassage des militants et violences sexistes dans Le Midi Libre !!!

Indignons-nous encore :


www.midilibre.fr/2011/10/09/dma-un-colombien-gagne-graine-de-toreros,399840.php


www.midilibre.fr/contact.php


Partager cet article
Repost0

commentaires

Sandrine 16/10/2011 10:58


Oups désolée, ce n'était pas Nessa mais Cécile Gabu, dans mon commentaire ci-dessus...
Du coup, vu que j'ai un peu plus le temps ce matin, j'ajoute ceci, à l'attention de Michelle Julien : je suis tout de même extrêmement déçue par vos propos. Votre créneau, pourtant très
intéressant, à savoir les dysfonctionnements, le sexisme dans la cause animale, mérite tellement mieux :o( Vous vous décrébilisez par votre acharnement à utiliser les amalgames histoire d'aller
toujours dans le sens unique qui vous est cher. Vous versez dans la désinformation sans vergogne ; ainsi, entre autres exemples, Christophe Marie et la fondation BB n'avaient aucun rôle dans la
préparation et l'organisation de cette action, et Christophe s'est trouvé en 1ère ligne, en tant que participant. Est-ce digne d'une essayiste, que de ne pas davantage se renseigner ?
... Heureusement que, manifestement, vous ne connaissez pas Fleur : vous auriez alors décrété que tout avait été organisé par la secte PeTA pour mieux avilir et fragiliser ses pauvres embobinées de
militantes...


Sandrine 14/10/2011 21:48


Michelle Julien : je suis un peu déçue que vous n’ayez pu prendre le temps de répondre à la question que je vous avais soumise en privé concernant Zara Whites, épinglée dans votre « Des souris et
des salopes », mais que vous ayez trouvé celui d’un long commentaire en réponse à l’action de Rodilhan. Est-ce pour cette raison que je ne peux m’empêcher d’établir un parallèle ? Connaissant
personnellement l’engagement continu de Zara pour les animaux, il m’a paru exagéré de votre part d’affirmer qu’elle n’avait strictement rien à faire de ce combat. De la même manière, je connais
Christophe Marie et ne peux cautionner vos affirmations. Si, comme dans votre livre précité, j’estime que vous apportez des questionnements et réflexions politiquement incorrects et nécessaires, je
crois en revanche que vous versez régulièrement dans l’exagération, les amalgames, la provoc’ gratuite et la mauvaise foi.
De mon avis, certes, on ne peut militer en pleine arène sans imaginer que les aficionados n’usent de violence. De là à affirmer que les militant-e-s ont été abusé-e-s par le machiavélique
Christophe Marie, je ne le crois pas un instant ; ils et elles ne sont pas si naïfs / naïves que cela (d’autant qu’il se trouve que j’en connais beaucoup). Ils savaient ce qu’ils / elles
risquaient. Ensuite, pourquoi leur reprocher d’avoir monté une action pour prouver la violence de ce spectacle et de ses spectateurs ? N’est-ce pas le dégoût envers la tauromachie qu’il faut
susciter, non pas (hélas) pour sauver 6 veaux (Nessa, je trouve particulièrement infect de leur reprocher de ne pas l’avoir fait ; auraient-ils dû user de violence à leur tour ? sauver 6 veaux qui
auraient été aussitôt remplacés ? n’importe quoi) mais pour viser l’abolition ferme, totale et définitive de cette merde ? Quant à la photo qui a circulé partout, de la jeune fille, oui, je suis
d’accord avec vous. Cela me met moi aussi mal à l’aise. J’ajouterai que la photo de la jeune fille en jupe m’a davantage choquée. Mais elle a tenu à être en jupe. Personne ne l’y a forcée.
Au final, j’ai rencontré cette semaine, dans le métro (conversations facilitées par les nombreux badges que je porte sur mes vêtements) diverses personnes au courant de cette action (merci
Internet) et se déclarant bouleversées par le comportement des aficionados. Personnes dont les pensées sont en ce moment un peu mobilisées par la nécessité de changer les choses, d’éradiquer ce «
sport » inepte. Je m’en réjouis.


Flavien 14/10/2011 17:58


Vous faites bien de "ne pas entrer dans les détails du premier commentaire."
Ils sont pour la plupart dans le domaine du délire.


Cécile Gabu 13/10/2011 19:22


Eh bien sans entrer dans les détails comme le fait le premier commentaire, n'ayant pas assez de "culture VG" pour ça, je dois dire être à mon tour atterrée par tant de stupidité dans
l'action...
Votre propos n'a jamais été de secourir les veaux, d'ailleurs vous ne les avez aucunement aidés, mais bien de vous donner en spectacle et de provoquer la violence. Et, ô surprise, cela a
fonctionné.

Et maintenant, quoi ? Vous avez prouvé quoi ?

Vous êtes décidément aussi stupides que ceux à qui vous vous attaquez.


nessa:0091: 13/10/2011 13:13


je vais signer :)


Présentation

  • : A FLEUR DE PLUME
  • : Le blog d'une [entre autres] orthophoniste-nouvelliste-essayiste ET militante pour l'abolition de l'exploitation animale.
  • Contact

Livres

afleur