Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 23:48

[Suite du précédent billet]

 

Un livret de 4 pages sera remis à chaque libraire, avec ce contenu :

 

Avis de lecteurs

plv-detoure-copie.gif

  www.afleurdeplume.com


 

Celui d'une amie…

 

Les mots sont tantôt crus, tantôt tendres, tantôt haineux ou amoureux mais jamais vulgaires. Sandrine nous livre au travers de ces textes, ses angoisses : un corps qui change, la vie qui passe, la mort qui passe aussi, l'amour et la haine qui s'enchaînent, la vraie solitude, la fausse compagnie, l'argent, le sexe, la maladie, la folie... et si la réponse, la vérité se trouvait dans le regard d'un chat ?

 

A propos d'une nouvelle : « Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ».

Dans la vraie vie, Sandrine a jeté son poste de télévision depuis belle lurette et est végétalienne par amour et respect des animaux... mais ne se prive pas d'autoriser à ses personnages ce qu'elle s'interdit à elle-même. Alors quand une mère et sa fille font bombance de jeux télé et d'abats... le père est abattu.

Je savais que le tabac t'abat, mais pas que l'abat tue. Leur manque que la clope aux becs à ces deux là !

   

Alexandra, Assistante D.R.H.

 

Avis de lecteurs...

 

Dès le premier livre terminé, on se jette dans le deuxième et c'est bien tristement qu'on découvre ensuite qu'il n'y en a pas de troisième car il est bien difficile de s'extraire de cet imaginaire si intense, si varié dans lequel on est aussitôt happé. Cet imaginaire enrichi à la fois par une perception particulièrement aiguë de toutes les impressions et de toutes les émotions vécues et aussi par des bouffées de souffrance que l'on sent parfois comme allant aux limites de l'extrême est canalisé et magnifié par une écriture très personnelle, tour à tour violente, crue, poétique, percutante mais toujours hyper sensible et d'une grande fluidité. On pense alors à Rilke : "une œuvre d'art est bonne quand elle est née d'une nécessité".

 

Frédéric, Professeur de piano

 

"N'aie jamais d'enfant"

 

La difficulté, voire l'impossibilité d'être soi, la haine rentrée, la détresse silencieuse... "N'aie jamais d'enfant" descend dans les tréfonds de l'âme humaine, réveille nos démons d'enfants mal aimés, d'adultes trahis, dans une succession de nouvelles au style heurté, saccadé comme une respiration, qui prend à la gorge jusqu'à la fin, des fins à chaque fois inattendues et qui claquent comme des gifles. Comme des vérités indicibles.

 

"L'entière vérité"

 

Quelle vie est la plus vraie ? Celle d'un homme ou celle d'un insecte ? "L'entière vérité" refuse de répondre à cette question , en décrivant des existences dont on ne sait d'abord si elles sont humaines ou animales. Histoire de nous rappeler, au gré de nouvelles étonnantes frôlant parfois la science-fiction, cette vérité élémentaire et pourtant si souvent piétinée, selon laquelle toute vie est respectable. Et qu'hommes et animaux forment de merveilleux ménages, les seconds adoucissant si bien les bleus à l'âme des premiers.

 

  Christine L., Professeur des Ecoles

 

"N'aie jamais d'enfant"

 

Des chats qui remplacent des enfants, des enfants auxquels on fait promettre de ne rien répéter, de ne pas ouvrir la porte, ou de ne pas avoir d’enfants, des parents qui n’assument pas leur rôle, une femme qui s’essaie au SM tout en pensant à son enfance…

Un patchwork d’enfances violentes, et malgré cela, un ton léger, humoristique et parfois, empreint de poésie. Au final, un livre plein de grâce, qui ne laisse pas indifférent.

La nouvelle qui m’a le plus touchée :

« Fermer », texte très court, haletant, terrible et poétique à la fois.

Celle qui m’a le plus amusée :

« Aujourd’hui, je vais bien. » Un récit étrange autant que délirant.

  Marion F., Journaliste

 

"L'entière vérité"

 

Des textes très agréables à lire : fluides, enlevés, pétris d’humour, de noirceur et de poésie. Les histoires se succèdent et toutes, invitent à se demander : l’auteure laisse la part libre à l’imaginaire, à la rêverie. Une petite perle originale et distrayante, comme on aimerait en lire plus souvent !

La nouvelle qui m’a le plus touché :

« Je me demande… » J’adore sa musique et toutes les questions que la narratrice se pose…

Celle qui m’a le plus amusé :

« Les oiseaux ». Elle n’est pas sans rappeler le fameux film éponyme, et j’y ai vu comme un clin d’œil, en même temps qu’une parabole psychosociale et philosophique.

  Jean-Paul T., Pianiste

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Sandrine 14/11/2010 13:38


En prenant davantage le temps de la réflexion, je dirais que l'écriture, qui est activité créative, donne inévitablement le sentiment de se sentir plus vivant ; elle permet également de transcender
le "moche" pour tenter de le transformer en "beau". L'engagement militant possède les mêmes caractéristiques.
Quant à l'engagement pour les droits des animaux, non seulement il permet tout cela, mais il donne aussi le sentiment de s'ancrer dans l'ensemble du vivant, de lutter pour le vivant.

Quant à la quête d'absolu que vous évoquez, elle est peut-être avant tout désir d'authenticité, et bien sûr, cet objectif n'est et ne sera jamais totalement atteint...

C'est cette quête qui me pousse à écrire ce second commentaire, et à finir ainsi : l'écriture et le militantisme sont de formidables moteurs pour se sentir vivants, mais sont également sources de
grandes frustrations, qu'il faut savoir gérer !


Sandrine 14/11/2010 12:01


"Tout simplement rester vivant !"
A mon avis... c'est exactement ça ! o)


Antoine 14/11/2010 09:42


A lire à travers ce blog on peut y entendre cette quête d’absolu !
L’absolu… il arrive qu’il soit la recherche d’un monde parfait…
Un monde ou l’étique et l’esthétique ne ferait plus qu’un… Soit où seraient amalgamés le bien et le beau… ou le contraire !
Il arrive que dans cette recherche là… l’on oublie que la perfection ne peut être que le chemin… sans jamais pouvoir l’atteindre. Tout simplement rester vivant !

Alors, ainsi dit, l’absolu ne serait qu’une trace contre l’éphémère !


JM 02/08/2010 22:39


Petites nouvelles pleines de délicatesses et facile à lire dont certaines se font se poser quelques questions... Même si vous avez plein de choses à faire je suis sûr qu'il vous restera un peu de
temps pour sourire à la lectures de ces lignes pleines de fraicheur et de sentiments.


Sandrine 28/07/2010 00:14


Ben oui : c'était pourtant simple, non ? :o)
Et tu peux toujours m'envoyer la tienne, maintenant que tu as compris ! (Rire)


Présentation

  • : A FLEUR DE PLUME
  • : Le blog d'une [entre autres] orthophoniste-nouvelliste-essayiste ET militante pour l'abolition de l'exploitation animale.
  • Contact

Livres

afleur