Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 11:13

Avant-propos, ou un peu de réflexion avant le récit, plus léger.

Les manif’, les stands, les actions organisées, c’est bien, mais de mon avis, cela ne suffit pas. Je formule le vœu que chaque jour, CHAQUE JOUR , un contre-pouvoir s’oppose à l’idéologie carnivore et spéciste dans laquelle baigne notre pays. Ce contre-pouvoir, c’est aux individus de le faire vivre. Et les individus, ça commence par moi, ou, si vous préférez, par soi, par chacun d’entre nous, face au miroir de sa conscience et de ses espoirs.

 

I DID IT ! JE L’AI FAIT !

 

Il faut que je vous raconte, je suis si fière, si contente ! Mardi dernier est un jour, pour moi, i-nou-bli-able !!!

 

Cela faisait quelques semaines que je pestais dans le col de mon manteau, ravalant mon dégoût, ma rage et ma tristesse, et aussi je me culpabilisais, me sentais de plus en plus mal à l’aise dans ma peau d’humaine trop souvent timorée, me répétant à grands coups de marteaux dans le crâne que j’aurais dû le faire, le dire, agir, merde !

 

Aujourd’hui enfin, j’ai franchi le cap. Ce n’était pas si difficile. J’ai pensé très fort aux animaux, je me suis dit qu’ils ne pouvaient se défendre, et que si je me défilais une fois de plus, je les laissais dans l’abandon le plus total face à leur condition atroce : je devais parler en leur nom.

 

Ma victime parfaite s’est pointée.

 

La connasse idéale : une trentenaire bardée de cadavres de la tête au pieds - bottes en cuir, énorme sac en cuir, immense manteau en vraie fourrure.

Surgissant de la gare RER du Pont Cardinet, elle inonde aussitôt le trottoir comme mon cœur d’une aura bien lugubre.

Je la rattrape et la dépasse.

Je me retourne alors, et le visage fort souriant, lui décoche, aimable :

- Bonjour Madame ! Mes félicitations ! Porter tous ces animaux morts sur vous, je vous admire ! Moi, personnellement, je ne peux pas !

- Bah, vous mangez bien de la viande !

- Non, je n'en mange pas. Mais vous, c’est bien plus futile : vous portez des poils d’animaux qui ont été dépecés vivants ! Et tout ça, juste pour que vous vous croyiez plus belle !

La nana est livide. Ma mission accomplie, telle Superporteparole des Sans-Voix, personnage mythique de certains rêves de mes nuits douces, je poursuis mon chemin.

Plutôt éberluée de ce que je viens de vivre.

C’est alors que cela se produit, environ trente mètres plus loin : un immense soulagement me saisit, comme si, pour la première fois depuis toujours, je respirais ! Je sens une énergie formidable me traverser verticalement, remonter à la surface de ma bouche, comme si toute ma tristesse et ma colère, confinées tout au fond de mon ventre depuis des années et des années, enfin trouvaient la voie de la sortie. Et une joie formidable s’empare de moi, comme j’en ai rarement connu. J’ai envie de rire, de rire !!!

 

Ensuite, ça s’accélère : dans la foulée, je comprends avec clarté deux ou trois choses essentielles sur moi, sur la colère, la tristesse, la joie et le militantisme. Je prends conscience que militer au quotidien comme je viens de le faire est une solution magnifique et pour les animaux, et pour moi. Pour moi, parce que cela représente un excellent exercice pour rester en bonne santé mentale et physique – l’humour, la gestion et l’expression des émotions pénibles sont des facteurs de santé reconnus ! – et pour les animaux : imaginons que les porteurs et porteuses de fourrures se fassent de plus en plus remettre à leur place ! Ou sera alors leur plaisir et leur bénéfice à s’offrir des cadavres ?...

 

Mais c’est pas tout : qui veut se joindre à moi ??! 

 

Voici les différentes actions que je vous propose :

 

Pour ceux qui en ont la possibilité, accompagnez-moi dans mes déplacements, rendons mon trajet domicile-travail (45mn de marche) attrayant et utile ! Lançons-nous dans « l’alpagage » [de alpaguer] des « alpaga-addicts » !!!

 

Faisons la même chose le week-end (bon, avec d’autres trajets) !

 

Concoctons chacun un laïus simple, aimable, ironique et bref, avec sa version anglaise pour les non-francophones ! Qui veut traduire ? 

 

Pour agrémenter le tout et varier les plaisirs, munissons-nous de temps à autres d’une pancarte accusatrice (houuuu !!!) comme dans la vidéo suggérée par Alexandra, ou encore, de tracts – j’en ai pris pas mal, lors du PVD [quel opportunisme !]

 

Et même chose avec le foie gras, magasins et restos compris !

 

Qui a dit que les militants véganes ne savaient pas s’amuser ?...

 

Une autre idée pour militer au quotidien : le sac à dos badgé !
Le mien parle pour moi tous les jours :

DSC05514.JPG

 

Ajout suite au commentaire de Frédéric (voir ci-dessous), dont je partage les réflexions / inquiétudes : le fait d'être parfois éventuellement à plusieurs (2 ou 3) ne m'empêchera plus de continuer sur ma lancée, seule, au quotidien ! Ma proposition de se joindre à moi est en fait, dans mon esprit, une façon et de varier les plaisirs ET de nous entraider, lorsque la motivation risque de manquer, ou pour ceux qui n'oseraient pas franchir le pas seuls. Une sorte de boostage en pointillé, quoi...!

Partager cet article
Repost0

commentaires

Sandrine 26/03/2011 19:40


De rien,
Flavien :o)

Eh oui par son laïus,
Fred illustre,
Un point de vue fort juste !

(sur des presque rimes, ce soir je trime !)


Flavien 23/03/2011 18:23


Magnifique ! J'admire Sandrine-Superporteparole-des-Sans-Voix pour son attitude devant la gare RER du Pont Cardinet. Merci de nous l'avoir fait partager à travers ce post délicieux.

Je rejoins Frédéric pour son commentaire qui touche un point délicat du militantisme pour la cause animale. Il a mis les mots justes sur une idée que j'aurais eu beaucoup de mal à exprimer.


Sandrine 02/12/2010 18:47


Ah ben moi, je m'inspire depuis des lustres de "la communication vivante pour des relations en bonne santé" décrite par Jacques Salomé dans des tas de bouquins comme "T'es toi quand tu parles",
"Heureux qui communique", etc !
Chacune ses références, quoi ;o)
A dimanche, pour communiquer ensemble sur la meilleure façon de communiquer nos idées ;o))
Et merci à toi aussi, pour tes commentaires !o)


Pascale 02/12/2010 17:42


Il n'est pas question de peur de culpabiliser ni de t'accuser de faire culpabiliser... :-) Simplement d'opter pour une attitude "juste" pour garder une certaine cohérence entre mes pensées, mes
paroles et mes actes. Pour cela, la CNV, communication non violente qu'a impulsé Marshall B. Rosenberg, (les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs) est un outil que j'essaie d'utiliser au
quotidien. Merci à toi pour ces échanges constructifs!


Sandrine 02/12/2010 12:49


Coucou Pascale, en te relisant, je tilte sur les mots jugement et culpabilité.

Je pense que culpabiliser l'autre sous-tend une attitude manipulatrice ; si tel n'est pas le cas, à l'autre de s'arranger avec sa propre culpabilité.

Quant au jugement, le "connasse" et autres sobriquets que je peux lancer sur mon blog sont une façon pour moi de gérer ma colère (face aux crimes commis sur les animaux), et d'aider d'autres
militants à gérer la leur, mais ne constituent pas un jugement qui enfermerait l'autre dans une étiquette.

Je pense écrire prochainement quelque chose sur la peur de culpabiliser, et sur l'accusation de culpabilisation, qui en elle-même est aussi une façon de culpabiliser : il me semble qu'un frein à
l'avancée de notre cause est cette sacro-sainte peur de "culpabiliser" autrui.


Présentation

  • : A FLEUR DE PLUME
  • : Le blog d'une [entre autres] orthophoniste-nouvelliste-essayiste ET militante pour l'abolition de l'exploitation animale.
  • Contact

Livres

afleur