Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 15:45

515U-V0TQ2L._SL500_AA300_.jpg  9782892393248.jpg

 

Pour mon été solitaire en pays vendômois, je m'étais entourée d'une dizaine d'ouvrages antispécistes que je pensais enfin prendre le temps de lire. Mais les hasards de la vie m'ont emmenée vers un univers plus varié et plus large. Un train à attendre davantage de temps que prévu, et voilà que je commence Le quai de Ouistreham, de Florence Aubenas. Un courriel de ma copine Nathalie, et j'achète Des souris et des salopes, de Michelle Julien, qui l'a passionnée. Un prêt de livre d'une autre Nathalie (j'ai cinq amies Nathalie...), et me voici à déguster Mon corps est un champ de bataille...

 

corps.jpg

 

Entre tous ces essais, un même lien, inattendu mais incontournable : la condition faite aux femmes par les hommes, ainsi que par celles, nombreuses, majoritaires ? qui tentent de se rallier aux hommes - le modèle fort à suivre - et pour y parvenir, s'abstraient de leur condition féminine, tout comme la plupart des humain-e-s apprennent à s'évader de leur côté animal et des émotions qui les relient à l'animal. Se couper des émotions, refuser d'entendre en soi la douleur, la colère et l'injustice...

Ces livres m'ont soudain rappelée à mon vécu de femme, et m'ont ouvert davantage les yeux sur cette répression de plus en plus énorme faite au corps des femmes.

 

Un salon du livre qui me permet de rencontrer un Etienne Liebig avec lequel je me découvre plusieurs centres d'intérêt communs, et j'engloutis Les pauvres préfèrent la banlieue. Un courriel de Xavier, des Désobéissants, et je dévore Désobéir à Big Brother.

 

9782841865246.jpg   arton4257-0611e.jpg

 

Quel lien entre ces deux essais et les autres précédemment cités ? La politique, mes ami-e-s, la politique ! Qu'il soit question de femmes, d'enfants ou d'ados des banlieues, de "pauvres" ou des animaux, il s'agit, encore et toujours, d'une volonté politique d'invisibiliser et de maîtriser des individus.

 

Je me sens triste, et lasse. Oui, ça m'arrive. J'aimerais tellement que les militant-e-s de toutes ces causes comprennent qu'il s'agit en fait de la même et unique cause. Il s'agit de défendre l'égalitarisme, le droit à une belle vie pour tout être sentient.

 

J'aimerais tellement ne plus voir une femme dénudée et encagée dans l'espoir de défendre les animaux. J'aimerais tellement que cette ado dont je m'occupe cesse de croire qu'à trente ans elle sera "moche et donc bonne pour le suicide". J'aimerais tellement que mon voisin arrête de prétendre que je suis une "belle personne" parce que "mince et jolie". J'aimerais tellement que cessent les "féministe, moi ? ça va pas ! " entendus de la bouche de femmes. J'aimerais tellement que ma colère accumulée depuis des siècles de sexisme dont on ne se sort pas, cesse d'exploser en petites bombes sur celui que j'aime. J'aimerais tellement ne pas avoir besoin de pilules et d'alcool pour calmer cette colère. J'aimerais tellement que l'on cesse de psychiatriser des troubles qui ne sont que les conséquences logiques de choix politiques tyranniques. J'aimerais, enfin, tellement, que les femmes se soudent plutôt que de s'appliquer à oublier ce que chacune endure au quotidien.

 

Au final, mes conseils de lecture, surtout à vous, militantes et femmes : Des souris et des salopes, un courageux brûlot bien moins médiatisé que La vache à lait, de la même auteure, ce qui me laisse croire que le sexisme est encore plus tabou que le spécisme ; Mon corps est un champ de bataille (j'ai lu le livre n°1, il existe aussi un n°2).

 

Promis, le prochain billet sera plus léger ! 

(Promesse qui, je ne doute pas une seconde que vous n'y ayez également songé, ne manque pas de poser la question de cette autre sorte de contrainte sociale, celle du happy face...)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Sandrine 28/09/2011 20:16


Ouais, à bas le happy face, et d'ailleurs, voici un compte-rendu d'une superbe initiative de L214 où le happy face était proscrit :
http://cleda.over-blog.com/article-hommage-aux-animaux-morts-85237334.html
;o)


Patchouli 26/09/2011 19:29


Bravo pour ce texte, je n'ai pas lu ces livres et je ne les connaissais pas mais j'aime ce dont tu parles et je suis d'accord et idem pour la tyrannie du Happy Face !


Présentation

  • : A FLEUR DE PLUME
  • : Le blog d'une [entre autres] orthophoniste-nouvelliste-essayiste ET militante pour l'abolition de l'exploitation animale.
  • Contact

Livres

afleur