Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 15:42

Ils ont des drôles d'idées, de l'autre côté de l'océan, dans le Montréal de mon enfance. Je comprends mieux pourquoi mes parents étaient fous du Québec, pourquoi ils sont rentrés finalement vivre en France avec beaucoup de regrets... Bref, un joyeux luron de l'Association Végétarienne de Montréal vient de mettre en ligne un top 10 (et plus) des végétariennes les plus intéressantes de 2011 ! Et devinez qui s'y trouve ?... Pour le savoir, un petit clic s'impose, ici :

top-veg-fem-2011-avm.png

Après ce début d'article riche en émotions, je vous annonce que mon site [précision peut-être utile ? là on n'est pas sur le site mais sur le blogue ] a eu droit à pas mal de petites améliorations et enrichissements, histoire de démarrer tout beau tout revigoré ce nouveau cru annuel. Si le coeur vous en dit... un clic !
377019_288103124570139_100001113611927_785836_549452273_n.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

IV 05/01/2012 17:21

Félicitations :)

AlmaSoror 05/01/2012 12:11

ça y est :
http://almasoror.hautetfort.com/archive/2012/01/05/persona-grata.html

Je connais bien le texte d'Yves et Sara Fergé.

Tu me fais découvrir le blog des "questions composent", qui a l'air passionnant.Je vais passer du temps à le lire aujourd'hui.
Tu as tout à fait raison, suite à deux ou trois réflexions énervantes mais sans importance j'ai développé une "éthologie du végane" abusive, à laquelle je renonce dès maintenant.

Sandrine 05/01/2012 11:54

Au fait, sur le même sujet de l'identité végane (ou végé) : avec un mot de remerciement pour l'auteur du top 10 (et plus), j'avais précisé :
"Juste un truc : perso, je préfère me définir non pas comme militante "végétalienne" mais "végane", et encore mieux (de mon avis en tout cas), suite à une série de conférences d'Yves Bonnardel,
militante non pas "végane" mais "pour l'abolition de l'exploitation animale". Je tiens désormais à cela parce que je pense qu'il est urgent de placer notre combat sur un plan politique, plutôt que
de se définir / se laisser définir à titre individuel. Je ne sais si tu as lu le document qu'Yves a co-écrit avec Sara Fergé en 2011 ? Sur la végéphobie et l'importance de politiser le débat :
http://www.vegmundo.com/wp-content/uploads/2011/07/la_vegephobie.pdf "

Sandrine 05/01/2012 11:34

Merci Edith pour ce commentaire que je comprends bien ! Je pense néanmoins que tous les véganes ne sont pas ainsi et que tu as tendance à les transformer en une espèce dotée d'une personnalité
propre, ce que tu te refuses à faire pour, par exemple, les animaux non humains ;o)

Pour ma part, il importe moins d'être à 100% végane (ce qui est de toute façon impossible, tout végane qui n'est pas de mauvais foi le sait), que de faire au quotidien de l'éducation végane aux
autres, c'est à dire de se positionner soi-même sur un plan politique et non individuel, en expliquant que l'on boycotte activement un système inepte envers les individus non humains (et non qu'on
a choisi un mode de vie parce que c'est bien, plus pur ou je ne sais quoi).

As-tu lu certains articles de ce blogue que j'aime beaucoup, Les questions composent ? Je pense qu'il te plairait... Notamment :
http://lesquestionscomposent.over-blog.com/article-l-ego-et-la-raison-continuation-du-mythe-de-la-purete-84275138.html et
http://lesquestionscomposent.over-blog.com/article-pour-en-finir-avec-le-mythe-de-la-purete-96013708.html

Vivement ton article !

AlmaSoror 05/01/2012 10:49

Bonne année à toi aussi, fleur de plume !
J'ai une vie compliqué entre deux villes, ce qui me restreint beaucoup dans mes activités...
Ceci dit, je n'arrive pas à être une vraie militante, même quand j'en ai le temps. Pourtant, je vis entièrement selon mes principes et ne les sacrifie pas à mon confort.
Mon problème dans le militantisme, c'est d'une part l'impression d'entrer dans un submonde artificiel avec des codes (le monde vegan, le monde gay, avec des pride, des héros, des slogans...) ;
d'autre part, de me trouver face à des gens qui me font des reproches moraux (une paire de chaussures en cuir par ci, une parole non conforme à la végédoxa par là...) alors que j'ai décidé d'être
végétarienne à 10 ans, quand presque personne ne l'était, et que j'ai convaincu toute ma famille (parents, enfants) et de nombreux amis... Je me sens un peu comme l'agriculteur qui a toujours
refusé de balancer des pesticides sur ses vignes et qui voit tous ses voisins, ex grands pollueurs, passer au bio grâce à la propagande écolo et lui faire la morale parce qu'il n'a pas le
label !
Très peu de militants parviennent à se comporter autrement qu'en prêtres d'une nouvelle religion. Ils font une affaire personnelle de la souffrance animale, qu'ils s'approprient, et tous ceux qui
n'agissent pas à leur image sont des pécheurs à rééduquer. C''est compréhensible, parce qu'ils vivent une lutte très dure, minante, ils laissent des plumes... Mais me trouver face à ce type de gens
m'a fait renoncer au militantisme « d'action ».
Ceci dit, dans mon boulot, je m'arrange pour toujours mettre en avant les personnes animales, qui au même titre que les humains méritent ce titre de « personnes » ; pour montrer
qu'elles ont chacune un visage unique, un grand amour de la vie et des autres, une personnalité qui les distingue des autres membres de leur espèce, une volonté de vivre dans un espace déployé, aux
côtés de leurs enfants et de leurs proches.
D'ailleurs, je vais écrire un texte là-dessus sur AlmaSoror, grâce à toi.

Présentation

  • : A FLEUR DE PLUME
  • : Le blog d'une [entre autres] orthophoniste-nouvelliste-essayiste ET militante pour l'abolition de l'exploitation animale.
  • Contact

Livres

afleur