Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 21:10

[Billet qui s'inscrit dans la continuité des derniers, visant, toujours et encore, l'efficacité comme la facilitation du combat pour la libération animale.]

Poser des questions et amener l'autre à imaginer me semble un excellent outil de changement. Pas de changement, pas d'évolution sans créativité, vous avais-je dit que Winnicott en gros disait. Il est primordial que l'autre s'approprie et même se crée lui-même des représentations du pourquoi d'une abolition de l'exploitation animale.


"L'autre" :
- Mais les éleveurs, les bouchers, les pêcheurs, les équarisseurs, les transporteurs (etc. etc. etc.) vont être au chômage ?
- Mais c'est tellement bon, la viande !
- Mais les chaussures en cuir font respirer les pieds !
- Mais voir des animaux au cirque me rappelle mon enfance !
- Etc. etc. etc. !!!

Pas de panique mes chéri-e-s. On ne s'emballe pas, on ne part même plus dans nos longues explications pleines de raison dignement héritées de nos moult lectures et réflexions personnelles, non non surtout pas, car alors "l'autre", en face :
- enchaînerait sur une autre question du même type (c'est légitime et rigolo mais à la longue on se lasse, quand même) ;
- penserait que vous êtes un-e intello c'est-à-dire quelqu'un-e- auquel / à laquelle il ne s'identifie pas et ne s'identifiera point ;
- s'efforcerait de minimiser tous vos dires - après tout il faudrait vérifier ; après tout vous exagérez peut-être ; après tout il vous admire mais lui, bon, il n'a pas le courage... Etc. etc. etc. etc. !

Bref, à la place de placer notre habituelle immensissime science, on dit la formule magique :

 

Imagine une balance de la justice...

 

À peu près comme ça, peut-être :

bigstockphoto_balance_justice_libra_general_desktop_1200x88.jpg

  Mais pourquoi pas comme ça :

images-copie-1.jpgOu encore comme ça :
Balance-justice.jpg

Bref, une balance de la justice, celle que tu veux.

Et l'on poursuit comme ci (à adapter en fonction du "Mais..." exprimé par notre contradicteur) :

D'un côté, place ton désir - par exemple, celui que les éleveurs ne se retrouvent pas à devoir se reconvertir dans un autre métier.
De l'autre, installe quelques milliards d'animaux qui ont envie de vivre libres et le plus longtemps possible.
À quel désir, à ton avis, faut-il, si l'on veut être le plus juste possible, accorder la priorité ?

Voilà. Pas besoin de conseiller Singer à des gens qui ne le liront jamais. Pas besoin de se lancer dans de longs discours souvent éreintants. Magique, non ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Sandrine 17/01/2012 12:44

Désolée, Flavien, pour mon commentaire en petits morceaux ; car je continue !
Concernant ton exemple de sensibilisation / argumentation que j'ai repris dans le billet d'hier (http://afleurdeplume.over-blog.com/article-une-bien-jolie-question-97248079.html), il me semble que
l'on peut émettre la même critique. Car, "penseurs" ou pas, si les gens sont spécistes - or il y a environ 99% de risques qu'ils le soient -, ils pourraient bien penser que, si en quantité et en
"qualité" (sic) les animaux souffrent davantage que les humains, cela reste un problème de justice moindre puisqu'ils valent moins.

Sandrine 16/01/2012 20:14

... néanmoins, je persiste à croire que le "coup de la balance" peut dans pas mal de cas constituer une façon de sensibiliser les gens - ceux qui peuvent l'être, ne freinent pas des 4 pieds et ne
se ferment pas à tout - à l'antispécisme.

Sandrine 16/01/2012 19:55

Ah ! Tu m'écris ça pendant que j'écris un article dans lequel je te cite !
C'est pas faux, en effet. Peut-être dans ce cas faudra-t-il repasser par les 2 questions que je pose dans le billet
http://afleurdeplume.over-blog.com/article-cette-apres-midi-j-ai-papote-avec-mes-voisins-96637849.html
...
Une tentative de simplifier, certes... Mais bien évidemment, rien n'est simple ! (Et je ne sais si j'ai réussi ou échoué à ce qu'un certain degré d'ironie / de "pas tout à fait au 1er degré" se
sente dans ce billet...)

Flavien 16/01/2012 17:36

Pour un spéciste lambda, les intérêts les plus insignifiants des uns (humains) pèseront toujours plus lourd que les intérêts les plus fondamentaux des autres (non humains).

Du coup, dans sa tête, la balance penchera du mauvais côté...

Pari perdu !

Présentation

  • : A FLEUR DE PLUME
  • : Le blog d'une [entre autres] orthophoniste-nouvelliste-essayiste ET militante pour l'abolition de l'exploitation animale.
  • Contact

Livres

afleur